Skip to content
En passant

blason des beaux cuisseaux

 

 

 

tes cuisseaux
sont si beaux…
tes cuisseaux
rendraient sots
les plus grands réfractaires
aux plaisirs de la chair

aussi je leur rends grâce
et quand je les embrasse
jamais je ne me lasse
de tes cuisses ni grasses
ni maigres mais en face
desquelles se rhabillent
toutes les autres filles
du Lido
ou d’ailleurs :
tes cuisseaux
sont meilleurs !

 

 

En passant

jour du 4 juin

 

 

un jour de juin / tu m’as souri / tu m’as dit oui / jour inouï

un jour de juin / tu as joui / je t’ai rejoint / on s’est souris

un jour de juin / tu te souviens / et tu souris / oui ! tu souris

un jour de juin / on s’est dit oui / oh ma souris / épanouie…

le jour d’avant / nous étions deux / célibataires
le jour d’après / nous voilà pleins / de grands mystères

 

En passant

notre âge d’or

 

 

 

mon beau goret / se bagarrer
est nécessaire
quand l’adversaire
vole tes os / sous ton museau

mais entre nous / jamais de coups
ni de misères
juste un dessert
que l’on savoure / jour après jour

oui entre nous / tout sera doux
comme naguère
jamais de guerre
mais un Eden / sauce païenne

un Paradis / rien que pour nous
dis, ça te dit ? / juste pour nous

plein des bisous / de ton matou
un Paradis / toujours en août

un Paradis / juste pour nous
notre âge d’or / car je t’adore

juste un Eden / puisque l’on s’aime
un Paradis / dis, ça te dit ?

 

 

 

 

En passant

tout bon !

 
 

 

mauvais rêve / mauvais geste
mauvais coup / mauvais temps
mauvaise pluie / mauvaise nuit
mauve et bleu
mauvais poème
mauvais choix / mauvais roi
mauvaise foi / maudits dieux
mauvais livre / mauvais film
mauvaise conduite / mauvaise action
mauvaise langue / mauvais con

 
 

bonjour / bonne journée
bon chat / bon rat
bon coin / bon point
bon compte / bons amis
bonne copie / bonne note
bonne copine / bon coup
bonne amie / beau cul
bonne compagnie
bon plat / bon repas
bon vin / bonne bière
bon moment / bon dessert
bons amis
bonne ambiance / bon enfant
bonne musique / bon concert
bon rang / bon sang
bon pour la France
bonne poire / bon gros naïf
bon apôtre / bonne âme
bon samaritain
bon ça fait du bien
tout bon !

 

 

 

En passant

Conférence en Poésie à la Bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer, le Samedi 20 mai à 14h00 « Portraits d’Oiseaux »… accompagnement musical… flûte… chorale…

Conférence en poésie le samedi 20 mai à 14h00

à la Bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer

Autour du thème « Portraits d’Oiseaux »… accompagnement musical… textes et pièces musicales ou chantées alterneront… 

La Volière de Sophie Dufeutrelle… Le Merle noir d’Olivier Messiaen… Les Oiseaux d’argent de Klaus Huber… Le Lac des Cygnes de Tchaikovsky…

François Coppée… Gérard de Nerval… Baudelaire… Saint-John Perse… René Char…

 

En passant

Lucien SUEL à Aire-sur-la-Lys le jeudi 27 avril, à 14h30.

 

 

 

Lucien SUEL

à Aire-sur-la-Lys, café Jok’Aire, Grand’Place

le jeudi 27 avril, à 14h30.

 

 

 

Donc c’est simple. Ce jeudi le programme est clair.

A 14h30 on savoure le génie de Lucien SUEL à Aire-sur-la-Lys.

Et dès 19h30 on poursuit avec les talents de

Jacques BONNAFFE et Jacques DARRAS, à Beuvry.

 

 

En passant

Jacques BONNAFFE et Jacques DARRAS à la Maison de la Poésie de Beuvry, le 27 avril 2017, 19h30.

 

 

 

 


Jacques BONNAFFE et Jacques DARRAS

à la Maison de la Poésie de Beuvry,

le 27 avril 2017, 19h30.

Lecture de poésies engagées.

 

 

 

Donc c’est simple. Ce jeudi le programme est clair.

A 14h30 on savoure le génie de Lucien SUEL à Aire-sur-la-Lys.

Et dès 19h30 on poursuit avec les talents de

Jacques BONNAFFE et Jacques DARRAS, à Beuvry.

 

 

 

En passant

tes nuits se déshabillent (chanson douce)

 

 

tes nuits se déshabillent
lentement, lentement

la lune offre un long fil
de lumière
pâlissant

je te sens si fragile
si forte en même temps

ta douce peau d’argile
caresse
mes sentiments
et tes gestes graciles
réchauffent tout mon sang

dix vingt cent bientôt mille
baisers passionnément
électrisent les piles
de nos cœurs de vingt ans

ma langue est une anguille
et puis j’ai tout mon temps
aux rouages subtils
de ton corps rougissant

tu atteins des presqu’îles
et j’ignore comment
pourvu que tu jubiles
je t’aime
sereinement

tes mains sont si habiles
que chaque soir j’apprends
comme un amant docile
où est le firmament

je te sens si fragile
si forte en même temps

la lune est immobile
les nuages
dans le vent

nos nuits se déshabillent
lentement, lentement

 

 

 

Postérité de René d’Ys ?

 

 

Citez-moi trois poètes
Que vous avez en tête,
Cinq, dix, vingt…
Cent fois dix
Que vous avez aimés.
Jamais, jamais, jamais
Ne survient
Le nom de René d’Ys !

Ses Amours englouties
Sont vraiment mal loties…
Ses Amours
Etaient chouettes
Mais n’ont pas survécu
Plus d’un jour…
Et c’est bête !
Il n’a pas eu de cul
Ce poète cocu !

René d’Ys,
On a donc tout jeté ?
Si la postérité
Ah ! Te pisse
A la raie
Ou au buste
C’est injuste…
Enfin quoi,
Je te bisse !
Et pour moi
Tes sonnets
Ne sont pas de la pisse
De rats de sansonnets.

 

 

 

 

En passant

L’autre, l’autre aussi.

 

 

Toute décolorée cette tenture pourpre
Regarde bien – juste au niveau de la fenêtre.
C’est le soleil ? Non. Les frappures de la lune.
L’un colore notre esprit, l’autre, l’autre aussi.
La lumière ne vient pas toujours d’où l’on croit.
Souviens-toi bien de cela, l’autre, l’autre aussi.

 

 

Mais faites taire ce p'tit prof, bon sang !

La liberté de ton ne s'use que si on ne s'en sert pas.

poesiemuziketc.wordpress.com/

revue numérique d'expression poétique à parution aléatoire

monesille

Poésie un jour, poésie toujours

trajectoires vers l'incertain

module d'exploration

La Bouche à Oreilles

Bric à brac culturel

gabriels f.

*rêve machinal

Bienvenue chez Ch'Bout !

Les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait !

LE LANGAGE DÉMENT

"Poésie : mariage du souvenir et du pressentiment" - Robert Sabatier

Chemins battus

La poésie ou... la poésie